Débloque-Notes
Jacques Simonet
Directeur d'InterMédia
le 18 Octobre 2015
Top 100 des agences de Rhône-Alpes Auvergne

 

InterMédia a publié dans son Spécial Agences le traditionnel poster des 100 premières agences de Rhône-Alpes Auvergne par le chiffre d’affaires. Un classement pour lequel nous exploitons les chiffres du greffe quand ils sont publiés et les déclarations des dirigeants lorsqu’ils ne le sont pas ou pas encore.

 

Voici quelques informations que l’on peut retirer de ce tableau.

 

En 2014, le CA total des 100 premières agences de Rhône-Alpes Auvergne s’est établi à 313 M€ contre 294 M€ en 2013. Soit une augmentation de près de 6,5 %. Encore faut-il nuancer cette progression flatteuse, car elle l’est sensiblement moins quand on écarte les 23 agences pour lesquelles nous ne disposons que de chiffres déclarés.

 

Chiffres avantageux.

De fait si on soustrait les 4 groupes nationaux qui ne publient jamais leurs chiffres régionaux (tous dans le top 20) mais qui ont tout de même bien voulu nous donner une indication, la progression n’est plus que de 5,4 %. Et si on enlève les 18 autres (parmi lesquelles il y a autant de grandes que de petites structures) la progression s’établit à... 1,4 %.

Faut-il en déduire que les déclaratifs sont sensiblement améliorés par rapport aux chiffres certifiés au greffe ? On peut le penser, même si 7 des 18 reconnaissent une baisse de CA laissant présumer une certaine franchise.

Nonobstant les 23 agences pour lesquelles nous ne disposons que de déclarations, on peut donc conclure que le business des agences de Rhône-Alpes Auvergne a faiblement progressé en 2014. On frise la stagnation. 

 

Disparités.

Ces chiffres sont bien entendu la résultante de performances très variées. Si 60 agences affichent une progression, 40 autres ont vu leur CA baisser en 2014 (au total de 13,3 % !).

Globalement, les plus grosses structures s’en sortent mieux que les petites. Le CA total des 50 premières est en hausse et celui des 50 dernières en baisse (avec des disparités dans les deux moitiés du classement, bien entendu). 

Enfin si on ventile les 100 agences par activité, plus de la moitié sont des agences généralistes, 20 des agences digitales, 13 des agences spécialisées, 7 des agences de marketing-services et — pour la première fois dans notre tableau — 3 des agences médias. 

De fortes disparités apparaissent entre ces catégories. Ainsi, les agences médias réalisent la plus forte progression (+76 %), suivies des agences digitales (+11 %), des agences spécialisées (+10 %), et enfin des agences de marketing-services (+3 %). Les agences généralistes enregistrent une stabilité en 2014.