Débloque-Notes
Jacques Simonet
Directeur d'InterMédia
le 7 Septembre 2016
C’est l’inflation des lieux d’événements à Lyon

Il y en aura pour tous les budgets et tous les auditoires. On ne sait déjà plus où donner de la tête.

 

Cathédrales événementielles.

 

Côté « gros porteurs », les trois clubs sportifs d’envergure nationale s’activent : l’OL, l’Asvel et le Lou. Avec des équipements XXL, des équipes structurées et de confortables budgets commerciaux, on peut leur faire confiance pour prendre une bonne part du marché.

 

À Villeurbanne, le vieux Double-Mixte devrait être détruit pour laisser place à un nouveau centre de congrès et salons. Les Puces du Canal finalisent un bâtiment comportant un restaurant un peu chicos (Oscar) et une salle d'enchères multimédia pour des vente de voitures ou d'objets d'art retransmises sur TLM. Bien sûr les entreprises pourront louer l'ensemble.

 

À la Confluence, au sommet de l’étonnant Pavillon 52 de Rudy Ricciotti vient d’ouvrir le Rooftop52 et ses 600 m2 de terrasse panoramiques. Dans ce quartier déjà bien doté en réceptif il rejoint le Kohé Meeting plus tourné vers les réunions de travail.

 

Côté hôtellerie, Château Perrache a totalement rénové ses salons classés « Monument historique ». Plus redoutable pour la concurrence : en octobre le Radisson Blu ouvrira dans le ciel de Lyon 500 m2 de salons dont vous pouvez être sûr qu’ils seront incontournables cet hiver. 

 

Antichambres  événementielles.

 

Mais il n’y a pas que les exploitants professionnels. Tous ceux qui ont quelques mètres carrés plus ou moins originaux peuvent prétendre les louer. Recevoir du monde c’est fun, c’est bon pour l’image et puis il n’y a pas de petits profits. 

Ainsi le nouveau siège de Tonic Radio, en bord de Saône réunit des studios, un musée consacré au peintre Jean Couty (père du fondateur) et un lieu réceptif : le Domaine de l’Île Barbe. 

 

Le marché vit aussi à l’heure de l’uberisation. Si votre entreprise a une salle de réunion souvent disponible, vous pouvez la louer pour une heure ou une journée via le site Bird Office.

Même les particuliers cossus vont pouvoir ouvrir leurs beaux appartements à des entreprises. Le Lyonnais Cyril de Gasquet, ancien cadre d’Adecco, vient de créer Korporate, site qui propose de vastes lofts, des appartements bourgeois ou des salons d’hôtels particuliers. 

 

Coopératives événementielles.

 

Mais l’explosion la plus spectaculaire est celle des centres de coworking. Ces lieux de travail et de partage servent aussi pour les réceptions de la nouvelle économie. Ils se multiplient dans toute la région à croire que tous les Français se mettent à leur compte. 

 

Les investissements en cours sont impressionnants : 1,5 M€ à Lyon pour le plus grand espace de France (350 coworkers sur 3 200 m2), 600 K€ à Romans pour transformer une ancienne chapelle et encore 4 M€ à Saint-Étienne pour les 2 500 m2 de la Grande Usine Créative qui comportera d’importants espaces de coworking. 

À Annecy, Grenoble, Bourg-en-Bresse... partout, les « tiers lieux » comme on les appelle se multiplient.

 

Mais comment tous ces espaces de rencontre vont-ils pouvoir se rentabiliser ?