« Avec les grands patrons, il y a parfois un décalage entre les discours et les actes »

 1982 
Création d’une salle de sport

 

 1986 
Vente de la salle à Gymnase Club

 

 1986 
Diététicienne

 

 1990 
Déléguée commerciale chez OCP (matériel médical)

 

 1992 
Doctorat en gestion

 

 1994 
Création de Charlott’Lingerie (vente à domicile)

Véronique Garnodier
Dirigeante de Charlott’ Lingerie (Chaponost - 69)

 

> Héritière ou entrepreneuse ?
Les deux. J’ai vécu le monde de l’entreprise dès mon plus jeune âge, car mes parents étaient entrepreneurs. Cela crée une mécanique intellectuelle ainsi que certains automatismes. Cet héritage m’a donné envie de tenter l’aventure. Il y a tellement de freins quand on veut monter sa boîte.

 

> Plutôt marketing ou communication ?
La communication correspond plus à ma nature, car il y a un côté instinctif. C’est davantage une question de savoir-être, une façon de s’exprimer. Vous faites vibrer ou pas. Mais je suis fascinée par le marketing qui demande plus de recherche et de technique.

 

> Le patron est-il le mieux placé pour gérer la communication de son entreprise ?
Pas du tout. Je pense que nous faisons partie de la palette d’outils à disposition. En tant que patron, nous véhiculons les valeurs de la marque et traduisons son énergie. Mais il faut une équipe pour la bâtir.

 

> Qui vous conseille ?
J’ai plusieurs sources d’inspiration. Mon équipe web et marketing me livre certaines clés. Elle me conseille de tester certains formats comme la vidéo par exemple. Mon attachée de presse (agence Boracay) me donne aussi des éléments de veille.

 

> Qu’est-ce qu’un bon directeur marketing-communication ?
Au-delà de l’efficacité, j’attends qu’il soit surprenant. Qu’il aille au-delà de ce que j’attends. Emmanuel Dossi est en charge du marketing et de la communication supervise une cellule assez autonome de 10 personnes. Il est force
de proposition.

 

> Quelles expériences avez-vous des agences ?
Je me souviens de la première TV, ou des publications dans des rubriques économiques, c’était flatteur. Nous travaillons avec l’agence de RP Boracay depuis plus de 20 ans, je n’ai aucun mauvais souvenir.

 

> La communication : inné ou acquis ?
C’est inné, mais elle est aussi nourrie par la passion et la compétence. Votre message se construit au fur et à mesure des années. Il faut vivre avec passion son quotidien. Mais il y a des jours où il ne vaut mieux pas communiquer, quand on est fatigué par exemple. Elle perd de son éclat et de son naturel.

 

> La communication est-elle dangereuse ?
Bien sûr. Parce que vous ne maîtrisez pas tout. Un message peut être mal interprété. Justement dans le reportage de M6, nous parlions des 3 % de retour des commandes. Ce n’est pas beaucoup, mais cela peut créer des angoisses chez des personnes qui n’en avaient pas au départ.

 

> Êtes-vous un patron tendance Martinet ou Michelin ?
Martinet. Car il faut chercher des axes pour se différencier. En interne aussi, cela donne une image de dirigeant impliqué. Mais je n’irai pas aussi loin que Pierre Martinet.

 

> Une campagne qui vous a marquée ?
Je suis complètement fan de Michel et Augustin. Ils ont réussi dans leurs opérations de communication à aller chercher le consommateur. Par exemple quand la responsable RH va dans le métro pour recruter. 

 

> Tablette ou papier pour vous informer ?
Avant il m’arrivait souvent d’acheter des revues au bureau de tabac. Désormais en trois clics j’accède à l’info que je recherche. Je vogue entre médias traditionnels et réseaux sociaux. J’adore aussi la presse déco.

 

> Plutôt Facebook ou Twitter ?
Facebook. C’est le réseau le plus populaire dans mon secteur. Je me sens plus proche du terrain. Cela me permet de flairer les tendances, de voir les commentaires, les passions de mes vendeuses. Chaque matin, je regarde mes mails, et je survole Facebook.

 

> Les journalistes, amis ou ennemis ?
Amis. Cela se passe plutôt bien. Je ne tourne pas autour du pot et ne me taraude pas avec ce que je dois dire ou pas. Je suis transparente, un peu à l’américaine. Ainsi, cela ne me pose pas de problème de dire combien je gagne.

 

> Les meilleurs patrons en France pour la communication ?
Michel-Édouard Leclerc, ou Bernard Arnault (LVMH). Ce sont des patrons qui savent très bien communiquer. Mais il y a parfois un décalage entre leur discours et les actes. Quand on écoute Bernard Arnault, on est scotché, mais il est parfois sans foi ni loi. Cela me dérange.